Theroseking.net » psychologie » Biais de jugement : que signifie t-il ?

Biais de jugement : que signifie t-il ?

Les relations personnelles entre les individus peuvent s’avérer extrêmement complexes, d’autant plus si les individus en question sont à leur tour compliqués. Ainsi, bien qu’il existe des règles pour le comportement en société ainsi qu’en communauté, il reste difficile de comprendre parfaitement la réaction d’une personne vis-à-vis d’une autre.

Par ailleurs, le jugement d’autrui figure parmi les actes sociaux les plus courants, ces derniers permettent d’avoir un avis figé sur une situation donnée et sont dans certains cas, erronés. Qui plus est, les biais de jugement peuvent être nombreux mais surtout dus à plusieurs raisons, dont la certitude d’avoir raison.

De ce fait, si vous êtes passionné par la psychologie et que vous souhaitez en savoir davantage sur le raisonnement humain, cet article vous renseigne davantage sur les biais de jugement.

Ce qu’il faut savoir sur les biais de jugement

Loin de la rationalité, les biais de raisonnement ou de rationalité permettent d’aboutir à des actes qui s’éloignent de la logique. Dans la suite de cette rubrique, nous nous intéressons particulièrement aux biais de jugement.

Biais de jugement : définition du concept

Dans un premier temps, il faut savoir qu’un biais est une déviation comparée à une norme, il s’éloigne ainsi de la rationalité et stipule que le fonctionnement ne suit pas les règles de la psychologie humaine. Pour ce qui est du biais de jugement, il relève des probabilités et inclut un traitement systématique d’une information, pouvant ainsi, aboutir à un jugement erroné.

Biais de jugement : les principaux biais

Dans un second temps, il faut savoir que les biais de jugement sont nombreux :

  • Celui de l’ancrage qui concerne généralement un événement qui s’est produit dans le passé, duquel on conserve une impression figée.
  • Celui de l’ambiguïté qui permet d’éviter toute nouvelle situation ou bien une option sur laquelle on manque d’informations.
  • Celui de la négligence des probabilités à priori avec, notamment, la prise en charge de l’événement sur le moment uniquement.
  • Celui de la sur-confiance, avec un refus catégorique d’une remise en question des jugements précédents. Ceci se produit généralement chez les personnes qui sont certaines que leur jugement est juste.
  • Celui de l’auto-complaisance, qui permet à un individu de se croire uniquement à l’origine de ses réussites mais pas de ses échecs.

Qu’en est-il de l’effet des préjugés ?

En se fiant aux statistiques concernant les biais de jugement, on remarque que l’effet des préjugés est le plus courant. Ces derniers permettent de juger une personne en fonction de son appartenance puis de l’associer à un groupe social donné, avec pleins d’idées reçues, ce qui est à l’encontre de l’ouverture d’esprit.

Voulez vous continuer :